Cyberharcèlement : que faire et comment réagir ?

Depuis quelques années, on voit un nouveau phénomène se démocratiser sur internet, celui du cyberharcèlement. En effet, derrière l’anonymat proposé sur le net, certains en profitent pour faire régner la terreur.

Le problème, c’est que bien souvent, quand on est victime de cyberharcèlement, on ne sait pas trop comment réagir, ni même quels sont nos droits. Alors, dans cet article, nous allons vous venir en aide.

En effet, nous allons vous donner tout d'abord une définition précise de ce qu'est ce cyberharcèlement et ensuite, nous allons vous décrire toutes les actions que vous pouvez prendre pour le faire cesser.

Qu’est-ce que le cyberharcèlement ?

Comme on vient de le dire, le cyberharcèlement est en pleine progression en ce moment, mais il est encore parfois difficile pour certains d’y voir une définition claire et précise. C’est pour cela que nous allons commencer par vous définir clairement ce qu’est ce cyberharcèlement.

Définir le harcèlement

Comme vous pouvez vous en doutez, le cyberharcèlement, c’est tout simplement du harcèlement qui va avoir lieu dans un univers virtuel, ici internet. On va donc commencer par s'intéresser à la définition du harcèlement.

Ce harcèlement, il est assez simple à reconnaître puisqu'il suffit de trois grands axes:

  • Le premier, c'est tout simplement celui de la violence. Attention, on ne parle pas ici que de violence physique, la violence verbale rentre en compte.
  • Le deuxième point qui caractérise ce harcèlement, c’est la répétitivité de cette violence. Une personne qui vous insultera une fois ne vous parlera pas en soi, mais si elle le fait tous les jours ou souvent, là ça devient du harcèlement.
  • Enfin, le dernier critère, c’est qu'à cause de cette violence répétée, la personne qui subit ce harcèlement, a tendance à s'isoler et à se couper du reste des gens pour éviter justement de trop subir.

Cette détérioration peut affecter la santé physique ou mentale de l’individu harcelé causant ainsi anxiété, mal-être, maux de ventre...etc.

En résumée, ce qui va compter pour faire reconnaître des actes comme du harcèlement, c’est le caractère insultant et la fréquence des propos. Si la teneur des paroles est obscène ou menaçante, cela constitue le harcèlement.

Définir le cyberharcèlement

Le cyberharcèlement est, comme son nom l’indique, un harcèlement ayant lieu sur Internet. Cela inclut alors les réseaux sociaux, les forums de discussions, les jeux vidéo avec plusieurs joueurs, les blogs et autres sites web.

Les propos en cause peuvent prendre des formes variées, cela peut se caractériser sous la forme de commentaires venant d'internautes, de vidéos postées, de montages d'images DeepFake partagés, ou de messages sur des forums ou autres plateformes.

On a alors de nombreuses moqueries ou bien photos dégradantes qui peuvent être échangées et au final, on en arrive à la même situation que pour du harcèlement que l’on pourrait appeler "classique" avec une victime qui va finir par s’isoler.

Mais alors qu’un harcèlement "classique" s'arrête aux portes de la maison en général, ici la victime n’a pas la possibilité de se couper de celui-ci et continue à le subir à longueur de journée sans rien pouvoir y faire. C’est d'ailleurs ce qui rend ce cyberharcèlement terrible.

Pour résumer, le cyber harcèlement, c’est :

  • Des agressions verbales ou des moqueries.
  • Qui prennent place sur internet.
  • Qui sont répétées.
  • Qui entraîne la victime à s’isoler.

Qui est responsable en cas de cyberharcèlement ?

Il est important de retenir que les premiers responsables en cas de harcèlement en ligne sont toujours les auteurs des propos en question. De ce fait, la responsabilité des intermédiaires n’est pas automatique, puisqu’elle est soumise à des règles spécifiques.

Ces intermédiaires sont généralement les hébergeurs stockant du contenu produit par des personnes tierces. Concrètement, cela peut être l’hébergeur d'un réseau social, d’un site internet, d’un média en ligne, d'un forum, ou même d'un jeu en ligne.

Un intermédiaire sera reconnu comme responsable uniquement :

  • S’il a eu connaissance des messages publiés.
  • Et s'il n'a pas fait retirer ces messages aussitôt qu'il en a eu connaissance.

Quels sont vos droits ?

Comme vous pouvez vous en douter, il est bien évidemment illégal de faire du cyberharcèlement et cela peut être puni par la loi, notamment avec une peine qui peut aller jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45 000€ d’amende si l'auteur est majeur et la victime mineure.

Comment demander le retrait des contenus en cause ?

Saviez-vous que si vous êtes victime de cyberharcèlement, vous pouvez directement agir auprès des intermédiaires ? Sachez alors que demander le retrait de contenus insultant, humiliant ou menaçant n'est pas une plainte officielle.

Il faut savoir que quasiment tous les réseaux sociaux et hébergeurs de vidéos propose la possibilité de demander la suppression de certains contenus pour garantir le respect des personnes. Toutefois, leurs critères de retrait sont propres à chaque hébergeur et ne dépendent pas de la loi française.

La plupart des forums de discussions, permettent de signaler les messages considérés comme obscènes ou menaçants aux responsables. Les réseaux sociaux eux offrent l’option de bloquer une personne, afin d’arrêter toute mise en contact entre la victime et son harceleur.

Il existe donc des moyens d’alerter les réseaux sociaux au sujet de certains comportements. Vous pouvez signaler un comportement inapproprié ou abusif sur Twitter, Facebook, Instagram, Tik Tok ou Snapchat.

Cela n’est pas une action qui arrêtera ce cyberharcèlement, mais entre les contenus retirés et les sanctions potentielles appliquées à ces comptes via le site, cela pourrait au moins le freiner dans un premier temps.

Comment agir en cas d'urgence ?

Si vous connaissez une personne subissant du harcèlement en ligne ou si vous êtes victime de cyberharcèlement et que la situation nécessite un secours urgent ; es forces de l'ordre, Alertez directement la police ou la gendarmerie.

En cas d'urgence, vous pouvez contacter la police ou la gendarmerie via téléphone ou SMS, si jamais vous ne pouvez pas parler.

Voici les numéros D'URGENCE à connaitre.

Il est important de savoir que si vous êtes malentendant ou si vous êtes dans l'impossibilité de parler, contactez les secours par SMS en écrivant au 114. Vous communiquerez alors à l’écrit avec un professionnel.

Le but ici, ce sera de les faire intervenir en leur expliquant que des informations personnelles à votre encontre circulent entre des personnes mal intentionnées et que vous avez peur pour vous ou bien votre proche.

Si jamais vous avez des informations sur les personnes qui vous harcèlent ou bien du moins une partie, n'hésitez pas à les transmettre à la police pour leur permettre d’intervenir. D'ailleurs, à la suite de cet appel, on vous conseille de porter plainte.

On vous conseille aussi de le faire, même si vous n'avez pas eu à appeler en urgence d’ailleurs car c’est le seul moyen d'arrêter ce qui est en train de se passer.

Comment signaler les contenus à la police ?

Saviez-vous que le site gouvernement Internet-signalement permet de signaler tous contenus illicites sur Internet ? Ce site est même géré par des forces de l’ordre spécialisées.

Pour signaler un contenu internet illégal, il vous suffit d’accéder au site web pour le signalement internet de cliquer sur « SIGNALER » et de suivre les étapes. Sachez qu’un signalement peut être fait même si vous êtes mineur.

Il est conseillé de toujours demander le retrait des contenus illégaux à leur auteur ou à l'hébergeur du site en plus de faire un signalement aux forces de l’ordre.

Comment signaler un harcèlement sexiste ou sexuel en ligne ?

Dans le cas où le harcèlement en ligne serait lié à votre orientation sexuelle pu à votre sexe, il existe un canal de signalement dédié à ce type de cyberharcèlement. Il est donc possible d’alerter la police et la gendarmerie spécialisée, dont le service est entièrement destiné aux victimes de violences sexuelles ou sexistes, y compris en ligne.

Accédez au site gouvernemental Service-public.fr > allez dans la section Services en ligne et formulaires > puis cliquez sur Signaler une violence conjugale, sexuelle ou sexiste.

Comment fonctionne la procédure de plainte et d’enquête ?

Comment collecter les preuves nécessaires ?

Nous vous conseillons de ne pas attendre l'enquête de police ou de gendarmerie. La victime doit avoir le réflexe de collecter elle-même les preuves de son harcèlement notamment en prenant des captures d'écran.

Sachez qu’il est possible de faire appel à un huissier de justice pour réaliser ces captures d’écran. Ainsi, les pièces seront valables et pourront être utilisées lors d’un procès.

Notre conseil : contactez au plus vite un Huissier de justice. Consultez cet annuaire des Huissiers de Justice pour en trouver un près de chez vous.

Comment déposer une plainte ?

Bien évidemment, la victime peut et est vivement encouragée à porter plainte contre le ou les auteurs du harcèlement.

Il est bon de savoir, qu’un mineur peut se rendre seul au poste de police ou à la gendarmerie pour signaler les faits d’un cyberharcèlement. Toutefois, il ne peut pas se constituer partie civile lui-même pour demander des dommages et intérêts. Ainsi, seuls ses parents peuvent le faire en son nom.

Sachez, que si jamais la victime ne connaît pas les véritables identités du ou des harceleurs, elle peut toujours porter plainte contre X. Cependant, les intermédiaires et hébergeurs en ligne doivent permettre à la justice d'identifier la ou les personnes à l’origine des contenus en cause.

En résumé en cas de cyberharcèlement, il faut :

  • Garder des preuves du cyberharcèlement en lui-même.
  • Garder toute preuve pouvant aider la police a retrouvé l'identité des harceleurs.
  • Contacter le service de modération du site.
  • Appeler la police en cas de danger.
  • Porter plainte.

Vous connaissez dorénavant l’essentiel à savoir sur vos droits et possibilités de vous protéger contre le cyberharcèlement. Partage l’information pour lutter ensemble contre le harcèlement en ligne !