Attaques Watering Hole : Définition, fonctionnement et prévention

Attaques de Type Watering Hole

Dans le monde de la cybersécurité, les attaques deviennent de plus en plus sophistiquées. Parmi elles, les attaques de type Watering Hole, ça te dit quelque chose ? Ce n’est pas comme les emails de phishing qu’on peut repérer assez facilement. Non, ces attaques sont plus rusées : elles s’attaquent à des sites web que les internautes aiment et utilisent souvent, sans qu’ils s’en doutent.

Imagine un point d’eau dans la savane où les animaux viennent boire tranquillement. Tout semble parfait, sauf que l’eau est secrètement empoisonnée par un prédateur caché. C’est un peu le même principe avec les attaques Watering Hole. Les hackers transforment des sites web populaires en pièges, prêts à diffuser des logiciels malveillants.

Quand quelqu’un visite un de ces sites web piégés, son appareil est en danger. Des logiciels malveillants peuvent s’installer en douce, permettant aux hackers de récupérer des infos sensibles, d’espionner ce que tu fais en ligne, ou même de prendre le contrôle de ton ordinateur.

Voyons comment ces attaques fonctionnent et comment s’en protéger efficacement.

Fonctionnement des attaques Watering Hole

Comme je te l’ai expliqué précédemment, ces attaques ciblent des sites web que les victimes fréquentent souvent. Par exemple, des sites d’actualités pour les responsables gouvernementaux ou des plateformes financières pour les pros de la finance.

Voici comment ça se passe, étape par étape :

Choix de la cible

D’abord, les hackers observent où et comment leurs cibles préférées surfent sur le web. Ils utilisent plusieurs astuces pour ça :

  • Surveillance des réseaux : Ils peuvent s’infiltrer dans des réseaux internes ou installer des logiciels malveillants pour piquer les logs de navigation. Ces logs leur disent quels sites les victimes visitent, à quel moment et à quelle fréquence.
  • Ingénierie sociale : Ils scrutent aussi les réseaux sociaux pour piger les centres d’intérêt et les habitudes de navigation de leurs victimes.
  • Phishing et espionnage : Parfois, ils utilisent même des techniques de hameçonnage pour obtenir encore plus d’infos sur les habitudes de navigation.

Compromission du site web

Une fois qu’ils ont identifié les sites préférés, les attaquants cherchent et exploitent les faiblesses de ces sites pour y glisser des malwares. Ils peuvent tirer parti de failles comme l’injection SQL, les failles XSS, les failles Include, les failles Upload ou les vulnérabilités dans des CMS populaires comme WordPress ou Joomla.

En effet, les attaquants exploitent ces vulnérabilités pour y insérer des malwares. Ces malwares sont souvent conçus pour collecter des informations sensibles ou installer des portes dérobées sur les systèmes des visiteurs .

Infection et collecte de données

Ensuite, quand une victime visite un site compromis, elle choppe le malware sans même s’en rendre compte.

À partir de là, les pirates peuvent faire presque tout ce qu’ils veulent : enregistrer ce que tu tapes sur ton clavier, prendre le contrôle à distance de ton appareil via des botnets pour garder une mainmise permanente, manipuler ton système ou même utiliser ton ordi pour miner des cryptomonnaies ou envoyer des spams.

Exemples Notables

  • 2013, Havex ICS : Le malware Havex a été utilisé dans une campagne d’espionnage ciblant les secteurs de l’énergie, de l’aviation et de la défense. Des attaquants se sont introduits sur les sites de vendeurs de solutions ICS/SCADA pour distribuer des logiciels malveillants via leurs systèmes de téléchargement.
  • 2015, DarkHotel : Cette campagne a exploité des hôtels de luxe pour cibler des dirigeants d’entreprises et des fonctionnaires gouvernementaux en voyage d’affaires. Les attaquants ont compromis le réseau Wi-Fi de l’hôtel pour infecter les appareils des cibles.
  • 2019, Holy Water Campaign : Cette campagne a visé des groupes religieux et caritatifs en Asie, utilisant de fausses mises à jour de Flash pour infecter les visiteurs des sites compromis.
  • 2020, Operation North Star : Des hackers, présumés nord-coréens, ont utilisé des faux profils LinkedIn pour attirer des professionnels de la défense sur des sites Web compromis contenant des offres d’emploi piégées. Une fois cliqués, ces liens déclenchaient le téléchargement de malwares destinés à voler des données.

Comment se protéger des attaques Watering Hole

Gros plan sur la main d'un développeur programmeur, ingénieur logiciel, support informatique, tapant sur un clavier d'ordinateur

Les attaques Watering Hole peuvent être particulièrement insidieuses car elles se concentrent sur des sites web de confiance. Cependant, il y a plusieurs mesures que tu peux prendre pour te protéger et sécuriser tes informations en ligne.

Voici les 6 règles d’or que tu dois appliquer pour se protéger  :

  • Assure-toi que ton système d’exploitation, tes applications et tous les logiciels que tu utilises sont toujours à jour.
  • Installe un pare-feu et des outils anti-spyware.
  • Éduque-toi et, si tu travailles dans une organisation, assure-toi que tes collègues sont informés sur les différents types de cyberattaques et les meilleures pratiques pour les éviter.
  • Sois toujours prudent lorsque tu cliques sur des liens. Les hackers peuvent utiliser des techniques de phishing pour te leurrer en visitant des sites malveillants.
  • Utilise des outils de surveillance du réseau pour détecter des activités inhabituelles qui pourraient indiquer une intrusion.
  • Assure-toi de faire des sauvegardes régulières de toutes tes données importantes.

En intégrant ces habitudes de sécurité dans ton quotidien, tu augmenteras ta résistance contre les attaques de type Watering Hole.

Enfin, la meilleure sécurité, c’est toi-même.