Ahmed EL JAOUARI
Déc 12, 2018
3 minutes
Facile

Le darknet n’arrête pas de faire parler de lui. Depuis quelques jours, un document comportant une liste des données personnelles de près de 500 policiers français s’est retrouvé sur le darknet. Ce piratage aurait été réalisé par les anonymous en soutien au mouvement des Gilets Jaunes.


Dans ce fichier, on retrouve les noms et prénoms de policiers français, accompagnés de leurs e-mails et de leurs numéros de téléphone personnel. Dans certains cas, on peut même y découvrir leur affectation dans les rangs du ministère de l’Intérieur.

Le document piraté a rapidement été mis en ligne sur le Darknet et sur certains forums, avec le hashtag Gilets Jaunes et #ACAB (All Cops Are Bastards). Et il est signé d’un triple A.

Ces trois lettres font référence à « Anonymous Anarchist Agency ». Sans surprise, dans le texte, on peut noter des références directes aux événements des gilets jaunes, qui bloque les rues de France depuis plusieurs semaines. Anonymous Anarchist Agency y exprime sa « solidarité avec les camarades qui subissent la répression en France ».

Selon le syndicat de police Alliance, l’auteur de ce piratage viendrait de l’étranger. Il aurait laissé des traces de son adresse IP localisée en dehors du territoire.

La DGSI a rapidement ouvert une enquête. Pour l’institution, il s’agit d’une « entrave au fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’État et en bande organisée » et pour « association de malfaiteurs en vue de commettre ce délit ».

Le syndicat Alliance de son côté se veut rassurant. « Il s’agit de ce que l’on appelle un listing de permutations dans lequel s’inscrivent des adhérents qui demandent à changer d’affectation. Un document de taille modeste » communique le syndicat. Avant de préciser que les adresses physiques des policiers n’étaient pas détaillées, sur le document piraté.