Désormais, les criminels s’inspirent des méthodes de hacker pour se faire la malle.


Grace à un simple smartphone et une connexion au net, Neil Moore, prisonnier de 28 ans, incarcérée à la prison de Wandsworth (Angleterre), a réussi à ordonner sa propre libération.

Neil Moore était en détention provisoire au sein du pénitencier de Wandsworth, dans la banlieue londonienne. Il a été inculpé pour usurpation d’identité. Il s’est fait passer pour un banquier afin d’arnaquer plusieurs gros investisseurs, ce qui lui a permis de récolter plus de 2 millions d’euros.

Pour s’échapper de la prison, Neil Moore a commencé par enregistrer un nom de domaine imitant celui de la Cour de justice de Southwark, en charge de l’administratif des prisons. Puis il a créé des adresses emails proches des vraies en remplaçant les points par des tirets, pour envoyer un courriel exigeant sa libération sous caution le 10 mars dernier. Et la combine a fonctionné : Neil Moore est sorti libre comme l’air le 10 mars dernier.

640.1072923

La prison s’est rendu compte de l’arnaque que trois jours après, lorsque ses avocats ont essayé de le contacter, mais sans succès .

Néanmoins, Neil Moore s’est dit que s’échapper de prison n’était peut-être pas la meilleure chose à faire pour défendre son cas lors d’un procès. Après trois jours de cavale, l’évadé a décidé de se rendre.

Visiblement impressionnés, le juge et le procureur ont qualifié le prévenu de « génie criminel » . Son cas sera étudié par le tribunal le 20 avril prochain.

Source

1 Commentaire