Juin 23, 2013
10 Min
Facile

Il y a quelques jours Edward Snowden, l’ancien collaborateur de la CIA à révélé l’existence d’un programme de surveillance nommée Prism.


Suite à ces révélations, le quotidien britannique The Guardian affirme, que la NSA dispose d’un accès direct aux données hébergées par les géants américains des nouvelles technologies, parmi lesquels Google, Facebook, YouTube, Microsoft, Yahoo!, Skype, AOL et Apple. Barack Obama le présente comme un outil de lutte antiterroriste.

Prism, c’est quoi ?

PRISM, est un programme de surveillance électronique mise en place par les états-unis pour suivre l’activité de chaque internaute. PRISM permet à la NSA de collecter des renseignements auprès des sociétés Internet disposant d’une base de données personnelles importantes, Le programme permet au gouvernement américain d’accéder aux données des utilisateurs étrangers qui utilisent des services comme Google, Facebook et Yahoo.

Mais comment Prism fonctionne vraiment ?

Avec Prism, la NSA peut se connecter directement aux serveurs de Microsoft, google, facebook, paltalk,youtube,aol,skype et apple à travers une backdoor qui leur permet de voir toutes les informations des internautes.

Le système Prism collecte courriels, fichiers, photos, le contenu des communications audio et vidéo par internet, des informations sur les réseaux sociaux et des événements comme la connexion à certains sites.

PRISM_Collection_Details
Une fiche d’information sur le programme NSA, acquise par le Guardian, dit: «L’outil permet aux utilisateurs de sélectionner un pays sur une carte et visualiser le volume de métadonnées et de sélectionner des détails sur les collections contre ce pays.”

Prism_slide_2

Ashkan Soltani, un chercheur sur la vie privée et consultant indépendant, en collaboration avec un autre chercheur, surnommé « semipr0, » ont réalisé une infographie qui définit proprement comment PRISM pourrait fonctionner:

prism2

Après la collecte vient l’exploitation de ces données et pour ça, les agences gouvernementales américaines disposent d’un outil baptisé Boundless Informant qui permet de parcourir visuellement ces (meta)données collectées.

k-bigpic
La surveillance dans l’énorme quantité d’informations recueillies se fait par l’intermédiaire de mots clés qui déclenchent une analyse complète de tous les échanges des personnes ainsi suspectées. Cette pratique n’est pas exceptionnelle puisque tous les réseaux sociaux pratiquent déjà cette analyse pour mieux profiler les utilisateurs de leurs services pour leur proposer des publicités adaptées à leur profil, leurs intérêts ou leurs recherches. Cette analyse est très performante, Google est ainsi capable de prévoir avec trois jours d’avance sur les réseaux de surveillance mondiaux, apparition d’une vague de maladie comme la grippe.
Nous n’avons plus de secret pour les Google, Microsofr, Facebook et autres.

Il y a déjà quelques années, un magazine informatique à pu reconstituer chaque instant de la vie d’un internaute pendant plus d’un an avec les seules informations publiques laissées par celui-ci sur Internet.

Comment se protéger de Prism ?

A partir de quand la surveillance peut-elle nuire ?  Si nous n’avons rien à cacher à Google et consorts, nous ne devrions rien avoir à cacher à PRISM, mais c’est une question de principe ; devons-nous permettre à la NSA d’ainsi rentrer dans nos vies ? Certainement non. Ce n’est pas parce que vous n’avez rien à cacher que rien ne vous sera, un jour, reproché. Quand on cherche, on trouve, toujours. Et si nous répondons non à la NSA, alors nous devrions prendre nos précautions pour se protéger de prism ou tout autre logiciel d’espionnage.

Voici quelques conseils pour échapper à Prism :

  • Utiliser un moteur de recherche « confidentiel » qui n’envoie pas l’adresse IP de l’utilisateur comme Ixquick, DuckDuckGo et Startpage.
  • Utiliser un navigateur open source comme firefox. Son code source est accessible. Cela signifie qu’il est possible d’étudier et de modifier son code.
  • Méfiez-vous des réseaux sociaux
  • Les messageries des grandes compagnies américaines sont à éviter (Gmail, Yahoo, Outlook). Choissez Bitmessage ou Riseup
  • Installer un système d’exploitation libre et open source comme linux
  • En résumée, remplacer des solutions fermées et propriétaires par des solutions libre et open source .
  • Utiliser des relais anonymisateurs pour cacher votre adresse IP comme l’utilisation d’un proxy ou Tor

Après, il faut bien garder à l’esprit aussi que même si vous faites tous ces efforts, si vous envoyez des messages à vos amis et qu’ils sont sur Gmail ou Outlook ou qu’ils utilisent Windows ou Mac OS, ça ne servira pas à grand-chose. Mais rien n’est parfait dans la vie… Essayons de faire au mieux.

Une autre chose important qu’on peut faire pour éviter les dégâts de Prism, c’est d’en parler autour de nous. D’expliquer à ceux qui utilisent les services US que leurs données sont à la merci du gouvernement américain. Partagez cet article pour que tout le monde prend conscience de cela !

3 Commentaires

  1. midway

    Bonjour,

    Vous parlez de changer d’OS mais comment avec windows, PRISM peut nous espionné, ya des des informations qui circule sur les serveurs de Microsoft sur ce qu’on télécharge?
    Sur ce que fais??

    J’utilise Maxthon comme navigateur, c’est une bonne idée ??

    Merci de votre réponse.

  2. test

    en quoi ça va changer le faite d’utiliser des applications libre et open source au lieu de ceux fermées et propriétaires. je pense que ça revient au même ils pourront nous espionner dans les 2 cas. vu que PRISM attaque les serveur des sites et non pas les navigateurs.

    1. la différence c’est que le code des applications open source est lisible et que l’on peut étudier. Les programmeurs aussi peuvent donc l’étudier, et repérer les backdoors ! En utilisant des programmes open source et en appliquant les autres conseils de cet article, tu peux éviter Prism.