« L’un des dix hackers les plus recherchés par le FBI, le cyber activiste algérien Hamza Bendelladj a été condamné à la peine capitale par un tribunal américain. »


Depuis quelques jours, cette rumeur circule sur le web, spécialement dans le site jawharafm, prompts à relayer ce type d’informations autour du jeune hacker algérien Hamza Bendelladj. Et sans surprise, l’information est totalement fausse, est très fortement déformée.

Le jeune hacker algérien Hamza Bendelladj n’a pas été condamné à mort aux Etats-Unis. Son procès est fixé au 5 octobre prochain.

La mère du hacker a été invitée sur le plateau d’En-nahar. Très éprouvée, elle affirme ignorer d’où provient la source de cette information erronée et qu’elle n’a pas été contactée par les autorités américains ou algériennes.

Le buzz continue ce vendredi avec propagation de cette rumeur. Rappelant que le jeune Algérien de 26 ans est détenu depuis mai 2013 auprès du département de la Justice de l’Etat de Géorgie. Il a été arrêté alors qu’il tentait de transiter par l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok en provenance de la Malaisie. Il aurait piraté des comptes privés dans 217 banques et sociétés financières à travers le monde.

Quand on lui a demandé ce qu’il avait fait avec l’argent, il a dit qu’il l’avait dépensé pour voyager, et pour avoir une vie de luxe. « Je ne suis pas dans le top 10, peut-être juste parmi les 20 ou 50″, a déclaré en riant le hacker algérien. « Je ne suis pas un terroriste », a-t-il ajouté.

La justice américaine le poursuit pour 23 chefs d’accusation, notamment pour avoir participé au développement, à la vente et à la distribution du virus SpyEye. Chacun de ces chefs d’inculpation pourrait coûter une peine de 5 à 20 ans et une amende de 14 millions de dollars.